Ma lessive maison

Ça faisait un moment que je voulais le faire… j’ai enfin franchi le cap… je me suis lancée dans les produits ménagers maison !
Non seulement c’est plus économique que de les acheter dans le commerce mais c’est aussi plus écologique.

Cerise sur le gâteau, contrairement à ce que je pensais, c’est super simple et rapide !

Aujourd’hui je vais donc vous présenter ma lessive maison.

Je l’ai réalisé avec mon Thermomix mais vous pouvez tout à fait utiliser un autre robot ou une simple casserole.

Ingrédients pour 3 litres de lessive (environ 30 lavages) :
  • 60 g de savon de Marseille 72 % à l’huile d’olive sans glycérine (la glycérine encrasse les machines). J’achète le mien sur Amazon.
  • 6 cuillères à soupe de bicarbonate de soude (acheté également sur Amazon, sachant que je l’utilise pour beaucoup d’autres choses)
  • 3 l d’eau
  • Facultatif : 20 gouttes d’huile essentielle (lavande, citron ou autre)

img_6968.jpg

Préparation :

Étape 1
Couper 60 g de savon au couteau (c’est moins dur que ça en a l’air) .
Mixer 10 sec/ vitesse 9 au robot OU râper avec une râpe.

img_6969.jpg

Étape 2
Dans le robot : Ajouter 1 l d’eau et chauffer 10 min/ 90°/ vitesse 1.
OU à la casserole : Faire fondre les paillettes de savon dans 1L d’eau en mélangeant régulièrement.  

Étape 3
Verser PROGRESSIVEMENT le bicarbonate. Ça va mousser, ne paniquez pas, c’est normal ! Mais ça ne débordera pas.
Ajouter 1L d’eau.
Mélanger 10 sec/ vitesse 3 avec le robot OU avec une cuillère dans la casserole.

img_6970.jpg

Étape 4
Transvaser le tout dans un bidon de 3 l (un ancien bidon de lessive par exemple) et ajouter 1 l d’eau ainsi qu’une trentaine de gouttes d’huiles essentielles de votre choix.

Personnellement j’utilise de la citronnelle pour ma lessive « adulte » : ça sent fort dans le bidon mais l’odeur est très douce et fraiche en sortie de machine. Pour ma lessive « bébé » je ne mets pas d’HE.  Je pense que ça ne craint pas grand-chose vu la faible concentration mais, de manière générale, mieux vaut éviter les HE pour les enfants de moins de 6 ans et les femmes enceintes ou allaitantes.

Étape 5
Secouer énergiquement.
Et voilà ! Fini! C’est aussi simple que ça !
Par la suite, veiller bien à secouer le bidon avant chaque utilisation.

Pour celles qui se poseraient la question, avant de réutiliser le robot pour de la nourriture, il suffit de bien le nettoyer. Pour les puristes, vous pouvez le remplir a moitié d’eau et chauffer 10min/ varoma/ vitesse 2 pour un résultat impeccable!

IMG_6971.JPG
Pour info, je mets une boule de lessive (environ 100 ml) pour une machine de 7kg.
Mon linge ressort propre et l’odeur est très agréable. Une vraie bonne surprise tant au niveau de la préparation (simple et rapide) que du résultat obtenu !

Il est bon de préciser qu’avec 3 bébés, je lave du linge très sale !
Je ne vais pas vous mentir en vous disant que j’ai réussi à récupérer les anciennes taches (non parties avec la lessive du commerce) mais les nouvelles taches partent très bien (mieux qu’avec mon ancienne lessive).

Autre bonne nouvelle, après un rapide calcul, cette lessive me revient à 0,65 € le litre soit 4 fois moins cher que le prix moyen dans le commerce !

Bref un bilan plus que positif !
Ici donc, fini la lessive cracra du commerce, la recette est définitivement adoptée!

Et vous alors, allez-vous vous laisser tenter et passer à la lessive maison ?
Je vous partage bientôt d’autres recettes de produits ménagers !

Des économies grâce aux distributeurs de produits liquides

On est nombreux à utiliser ces fameux pousse-mousses avec du savon à main dans les WC ou la salle de bain.
Très pratiques, ils sont aussi très faciles à utiliser par les enfants.
Mais leur gros avantage est surtout qu’ils permettent de contrôler la consommation de produit. En effet une pression délivre la dose de produit nécessaire pour se laver les mains, ni plus ni moins.

J’ai donc décidé d’étendre l’utilisation de distributeurs au reste de la maison afin d’économiser du produit et donc de l’argent.
Cerise sur le gâteau, cette démarche anti-gaspi est bonne pour la planète !

Prenons l’exemple de la douche.
Ça nous est tous un jour arrivé, en retournant la bouteille de shampoing, de se retrouver avec le quart de la bouteille au creux de la main ! (Allez, avouez-le, vous aussi vous avez déjà vécu ça 🙂 )
Avec 6 personnes à la maison, ce genre d’accidents se multiplient et la consommation mensuelle de gel douche et de shampoing s’en fait ressentir.

J’ai donc décidé de tenter la version distributeur de ces produits et je n’ai pas été déçue : notre consommation a été réduite au moins de moitié.

Alors, certes, la première fois c’est un peu plus cher à l’achat mais ensuite il n’y a qu’à recharger le distributeur (les recharges, avec leur emballage basique, sont d’ailleurs souvent proposées à un prix avantageux).
Et inutile de changer vos habitudes : si votre produit habituel n’existe pas en version distributeur il suffit de recharger un distributeur vide ou tout simplement d’en acheter un en magasin ou sur internet. Il en existe pour tous les budgets et pour tous les gouts : du plus simple au plus design.

poussmouss.jpg

Fort de cette expérience j’ai continué d’étendre le concept au dentifrice et au liniment. La cuisine n’a pas non plus été épargnée avec le produit vaisselle. Le constat reste le même : les économies sont immédiates et conséquentes.
Bref vous avez compris le principe : ça marche avec n’importe quel produit liquide 🙂

Ma prochaine étape est de m’attaquer aux produits de beauté (démaquillant, laits…).

Des économies supplémentaires avec la pompe moussante.

Les distributeurs à pompe moussante, vous connaissez ?
Ils permettent d’économiser encore plus de savon liquide en le transformant en mousse.
Le concept est super simple : vous diluez votre savon (ou shampoing ou autre) habituel avec de l’eau et la pompe injecte de l’air à votre mélange et le transforme en mousse.
Cette technique permet de réduire la consommation de produit de 75% supplémentaire (sans réduire son pouvoir nettoyant bien sûr). Bref de belles économies supplémentaires.

Alors, certes, votre budget mensuel pour ce type de produits n’est pas astronomique mais, même si ce n’est pas grand-chose, si on le multiplie par beaucoup, ça commence à faire non seulement pour le porte-monnaie mais aussi pour la planète 🙂

Cadre 3D 100% récup

Aujourd’hui, en ce premier jour de printemps je vous propose un DIY fleuri.
C’est super rapide et super simple. Une très bonne idée d’activité à faire avec les enfants.
Cerise sur le gâteau, ça ne vous coutera rien puisque c’est réalisé à partir de choses qui finissent normalement au fond de la poubelle …. des rouleaux de papier toilette ! Pour les adeptes du PQ en feuilles, rassurez-vous, ça marche tout aussi bien avec des rouleaux de sopalin 😉

E5822924-97A1-4531-BFA0-58C1369C0021.JPG

Matériel nécessaire

  • 2 rouleaux de PQ (vides)
  • Un vieux cadre photo
  • De la peinture
  • Une feuille de couleur (type Canson)
  • Des ciseaux
  • De la colle liquide
  • Un crayon

Étape 1
Découper des « rondelles » de rouleaux de papier toilette d’environ un centimètre d’épaisseur (il vous en faudra 9).
Pincer 8 d’entre elles pour leur donner une forme de calisson.
Les peindre (toutes les 9) de la couleur de votre choix (ici du gris argenté).

Attention à bien respecter cet ordre car si vous peignez avant de plier, la peinture risque de craqueler.

Étape 2
Former une fleur à l’aide de 6 rondelles.
Pour cela, il suffit de coller les extrémités des 6 rondelles entre elles avec une pointe de colle liquide.

Étape 3
Former 2 feuilles à l’aide de 2 rondelles (1 rondelle = 1 feuille)
Pour cela, il suffit de pincer et d’encoller une extrémité du calisson afin d’obtenir une forme plus allongée.

Étape 4
Découper la dernière rondelle de manière à obtenir une bande qui vous servira de tige.

Étape 5
Retirer la vitre du cadre photo et la remplacer par la feuille de couleur découpée à la taille du cadre.

IMG_6089

Étape 6
Assembler la fleur a l’intérieur du cadre. Pour cela:
– Coller l’extrémité de la tige entre 2 pétales
– Coller la partie aplatie des feuilles le long de la tige
– Coller la fleur ainsi obtenue au cadre en plusieurs points.

IMG_6091

Pour ce tuto on est resté simple en réalisant une unique fleur mais on peut aisément étendre le concept a une décoration murale plus conséquente et plus élaborée !

Les prénoms avec des lettres en bois

Pour personnaliser la chambre des enfants vous pouvez accrocher au mur ou sur la porte (ou tout simplement poser sur un meuble) leurs prénoms écrits avec des lettres de bois.

img_5741.jpg

Les lettres qu’on trouve dans le commerce sont généralement assez cher donc ce que je vous propose aujourd’hui c’est d’acheter des lettres brut (à moins d’un euro pièce) et de les personnaliser. C’est d’ailleurs une activité très sympa à faire avec vos loulous 🙂

IMG_5739

Alors n’attendez plus, dégainez vos pinceaux, sortez vos paillettes et laissez parler votre créativité !

N’hésitez pas à partager le résultat en commentaire !

Les Tawashis: ces éponges lavables écologiques et économiques!

Le Tawakoi? Le Tawashi!

Aujourd’hui, je vais vous parler du Tawashi : une alternative zéro déchet aux éponges jetables pour nettoyer et faire la vaisselle.

img_5729.jpg

Originaire du Japon (Tawashi veut dire “lavette” en japonais), il est fabriqué à partir de chutes de tissus et est donc très durable puisqu’il peut être lavé et réutilisé à l’infini (ou presque).

Il permet ainsi :

  • De faire des économies (le budget annuel moyen en éponges jetables étant de 65€)
  • D’être plus écologique et de produire moins de déchets

La bonne nouvelle c’est que vous pouvez fabriquer vous meme vos Tawashis! C’est super facile et rapide à réaliser et, comme c’est fabriqué à partir de tissus de récup, ça ne vous coutera absolument rien. Une fois que vous aurez compris le principe il ne vous faudra pas plus de 5 minutes pour en réaliser un. C’est d’ailleurs une activité de tissage qui plait beaucoup aux enfants et qui permet, en prime, de les familiariser avec les notions de récup et de zéro déchet.

Il existe plusieurs sortes de Tawashis mais aujourd’hui je vais vous parler de la version basique, carrée, fabriquée à partir de vieux vêtements.

Le concept vous plait mais n’avez pas le temps ni l’envie de confectionner vos propres Tawashis? Vous pouvez tout à fait en trouver pour quelques euros à peine sur des sites comme Etsy.

Fabriquer son Tawashi

Pour ceux qui souhaitent se lancer, il va vous falloir un métier à tisser.
Vous n’avez pas de métier à tisser et vous vous dites que ce tuto n’est donc pas pour vous ? Que nenni ! il est en effet très facile de fabriquer un métier à tisser à partir d’une simple planche et de quelques clous en une dizaine de minutes (sachant qu’il pourra vous resservir indéfiniment). Et pour celles et ceux qui ne manient pas le marteau on peut également se contenter d’un Tupperware et de quelques pinces à linge (c’est un peu plus bancale mais ça marche quand même!).

pinces a linge.jpg

Matériel nécessaire

  • Un métier à tisser
  • Du tissu de récup’ en forme de tube (la manche d’un vieux t-shirt, un collant filé, une chaussette orpheline…)
  • Une paire de ciseaux

 

Étape 1
Couper le tissu en « tranches » d’au moins 2cm de large pour en obtenir des bandeaux de tissu. Vous aurez besoin de 12 bandeaux pour tisser votre éponge

img_5725.jpg

Vous pourrez par la suite en utiliser plus ou moins en fonction de la taille de votre support et/ou de la taille que vous voulez donner à votre éponge,
Pour les plus créatifs, il est tout a fait possible de mélanger les tissus pour réaliser des Tawashi en damier, multicolores…

Étape 2
Accrocher 6 bandes à la verticale en utilisant des pics situés face à face pour les faire tenir.

img_5721.jpg

Étape 3
Tisser les bandeaux horizontaux sur les verticaux en les faisant alternativement passer au-dessus et en-dessous des premiers.
Veiller à bien inverser les départs : si vous avez commencé la première ligne de tissage en passant par-dessus, commencez à deuxième par dessous et ainsi de suite

Étape 4
Maintenant que tous les bandeaux sont accrochés, on va pouvoir réaliser le contour du Tawashi.
A chacune des extrémités de chaque bandeau, se une “boucle” attachée a un pic.
Attraper une boucle située dans un angle.
La détacher du pic (sans la lâcher) et faire passer la boucle voisine dans cette première boucle.
Lâcher la 1e boucle et faire de même avec celle que vous avez maintenant en main. Procéder ainsi jusqu’à faire le tour complet et ne garder d’une boucle finale qui restera libre et servira   à suspendre le Tawashi.

Et voila le travail! Je vous avez bien dis que c’était SUPER facile !

Utiliser son Tawashi

Le principal reproche qui est fait au Tawashi est qu’il n’est pas aussi décapant que la partie verte d’une éponge.
Et bien j’ai pour vous 2 petites astuces pour palier a ce problème :

  • La première est de saupoudrer vos plats à décaper de poudre d’œuf (des coquilles d’oeufs lavées, séchées et mixées) et de gratter cette poudre avec le Tawashi. C’est super efficace, ça ne raye pas, c’est naturel et, cerise sur le gâteau, c’est bon pour les canalisations!
  • La deuxième est de simplement glisser le Tawashi dans un filet en nylon (comme ceux qui entourent les pommes de terre ou autres légumes) pour le rendre plus abrasif.

Dernier conseil, veillez à bien entretenir votre Tawashi pour qu’il vous dure le plus longtemps possible:
– Lavez le régulièrement au lave-vaisselle ou en machine avec les torchons.
– Veillez à systématiquement le suspendre pour faciliter le séchage (il sèche moins vite qu’une éponge classique). Vous pouvez aussi profiter d’un four chaud (qui refroidit après cuisson) pour accélérer le séchage.
– Ne jetez pas vos Tawashis vieillissants, utilisez les d’abord pour nettoyer les toilettes ou autre taches un peu « ingrates » (nettoyage du salon de jardin, de la voiture…) et quand vraiment ils deviennent inutilisables, pensez a les mettre dans un container de recyclage pour textiles.

Faire des économies grâce au jardin : potager et troc de graines !

Mangez 5 fruits et légumes par jours qu’ils disaient….

De nombreux français on fait le choix d’avoir un potager pour réaliser des économies au niveau alimentaire.
En effet les fruits et les légumes coutent cher : un couple consomme en moyenne 83 kilos de légumes par an ce qui représente un budget de 220 euros environ.
La bonne nouvelle est qu’il est tout à fait possible de réduire ces dépenses grâce a un potager.

Ce potager vous fera non seulement faire des économies (entre 30 et 50 % pour un potager de 10m2) mais il vous permettra aussi et surtout d’avoir à disposition, une grande partie de l’année, de bons légumes frais, qui auront bien meilleur goût que ceux que l’on trouve au supermarché ! Cerise sur le gâteau, un petit potager constitue une activité pédagogique à partager avec les enfants et peut même avoir la vertu de les réconcilier avec les légumes

Aujourd’hui je vais donc vous parler d’une solution économique pour démarrer ou étoffer son potager : le troc de graines !

img_5709.jpg

Vous vivez en appartement et vous vous dites que cet article ne vous concerne pas ? et bien détrompez-vous: sachez qu’avoir un potager en appartement est tout à fait possible ! Sur un simple rebord de fenêtre ou encore sur votre balcon, vous pouvez cultiver légumes, aromatiques, petits fruitiers et fleurs.
Sur 1m2 de balcon on peut planter par exemple 2 plants de tomates, 1 plant d’aubergine et 3 plants de poivrons pouvant donner une quinzaine de kilos de légumes tout au long de la saison. Sur les balcons exposés nord ou ombragés on peut tout à fait planter des salades, de la rhubarbe et certaines plantes aromatiques.
Vous n’avez donc plus aucune excuse pour ne pas vous lancer !

Revenons à nos moutons (enfin en l’occurrence à nos graines).

Mars approchant à grands pas, il est temps de commencer à réfléchir à votre potager et à répertorier vos besoins en graines afin d’être prêts à semer dès le retour des beaux jours.
Les premières sources auxquelles on pense quand on veut s’approvisionner en graines ce sont les jardineries ou éventuellement les grainetiers sur internet.
Seulement voilà, cela revient vite cher (plusieurs dizaines d’euros les 100 grammes pour certaines) et le packaging n’est souvent pas adapté (que faire de 100 graines d’une même variété de tomates lorsque l’on sait qu’une dizaine suffiront largement?).

C’est pour cette raison que les échanges de graines sont en plein boum!

Le principe est très simple : on propose nos excédents de graines à d’autres jardiniers qui font de même en échange.
Ainsi, on peut créer ou compléter son potager pour quelques euros à peine (le prix des timbres si les échanges se font par la poste).
Sachant que l’achat de graines coutent tous les ans en moyenne entre 30 et 80 euros (selon la taille du potager et l’endroit où l’on se fournit) cela peut représenter une belle économie.

Le principe n’est pas nouveau : depuis toujours les jardiniers échangent leurs graines entre eux lors de diverses manifestations telles que les Bourses aux Graines mais celles-ci sont rares et pas forcement organisées a proximité de chez vous. C’est pourquoi internet est devenu le lieu privilégié de ces échanges. De nombreuses plateformes se sont alors créées (Graines de troc par exemple) mais ce dont je veux vous parler aujourd’hui et que j’ai découvert il y a bientôt 1 an ce sont les groupes d’échange et de troc via Facebook.

Sur ces groupes, les membres proposent de donner, échanger ou même troquer leurs graines.

Il vous suffit de taper “ échange graines ” “troc graines” dans la barre de recherche Facebook pour trouver ces groupes et les rejoindre. L’idéal c’est de trouver, s’il existe, un groupe dédié à votre ville ou à votre département ce qui vous permettra de rencontrer les gens en personnes (c’est toujours plus sympa!) et d’économiser d’éventuels frais de ports pour les échanges.
Dans ces groupes on trouve vraiment de tout : toutes sortes de graines (potagères, fleurs…) et toutes sortes de variétés (des plus communes aux plus étonnantes parfois introuvables en magasin). Ainsi, chacun y trouvera son bonheur :

  • Cela permettra au jardinier expérimenté de compléter sa grainotheque à petit prix, de dénicher des graines rares peu disponibles sur le marché mais aussi d’échanger conseils et idées avec des personnes partageant sa passion et, qui sait, pourquoi pas découvrir de nouvelles variétés.
  • Cela permettra au jardinier débutant (qui a donc pas ou peu de graines à échanger) de créer un premier potager pour 3 fois rien. En effet, beaucoup de jardiniers aguerris sont prêt donner gracieusement quelques graines pour démarrer et prodiguent, en prime, de précieux conseils pour réussir à les faire pousser. Le système du troc est également une option intéressante pour le débutant puisqu’elle permet d’obtenir les graines convoitées en échange de n’importe quel autre bien ou service (confitures maison, savons, travaux de couture…).

Ikea hack : customiser une étagère Kallax

Les étagères Kallax d’Ikea comptent parmi les articles les plus vendus de l’enseigne. Pourquoi ? Car elles sont polyvalentes et peuvent trouver leur place dans n’importe quelle pièce.
Rien que chez moi il y en a 3 : une dans l’entré et une dans chacune des chambres d’ado.

kallax.JPG

Récemment j’en ai eu marre de ce meuble que l’on voit chez tout le monde et j’ai donc voulu me débarrasser de celui de l’entrée.
Après un rapide coup d’œil sur mon compte en banque je me suis rendu compte que je n’aurais pas les moyens de le remplacer. J’ai donc décider de le customiser pour lui donner un peu plus de cachet.
Et voilà le résultat :

img_7087.jpg

J’ai tout simplement rajouté 2 tiroirs fabriqués à partir de caisses de vin récupérées dans la cave de mes parents.

Matériel nécessaire :
– 2 caisses à vin en bois
– 4 cornières de 34cm (trouvables dans un magasin de bricolage)
– 2 poignées type industriel (vous en trouverez ici à prix mini)
– 8 vis (pas trop longue pour ne pas transpercer le meuble)
– 1 mètre
– 1 visseuse

Étape 1
Fixer à l’aide des vis (2 pour chaque cornière) et de la visseuse les cornières dans les cases de votre choix.
Positionnez les contre l’arrière du meuble pour ne pas qu’elles soient pas visibles de devant.
Assurez que la distance entre la cornière et le haut de la case soit égale à la hauteur de la caisse de vin (+quelques mm). Les cornières permettront de faire glisser les caisses pour s’en servir comme tiroir

Étape 2 :
Vissez les poignées sur le devant des caisses (les vis sont généralement fournies avec les poignées).

IMG_0069

Alors, que pensez-vous de ce meuble relooké ?