Une chasse aux œufs économique et anti-gaspi

Cette année je vais avoir le grand honneur et privilège d’organiser ma première chasse aux œufs.
MiniMoi vient tout juste d’avoir 2 ans donc c’est la première année ou elle est en âge de comprendre et de s’amuser.
Cependant, comme j’essaye de limiter les sucreries, je n’avais pas envie d’acheter plein d’œufs en chocolat juste pour les cacher et après les laisser pourrir dans un coin (comme ça m’arrivait quand j’étais petite).
Je me suis donc inspirée d’un kit de décoration d’œufs découvert sur Instagram et j’ai décidé d’utiliser des œufs durs colorés afin d’organiser une chasse aux œufs économique et anti-gaspi.

30177660-53FA-49AE-8F50-6C4D60D49020.JPG

Pourquoi économique ? Parce qu’on peut trouver des œufs de poules vraiment pas cher (moins d’1 euro les 10 œufs chez carrefour).
Pourquoi anti-gaspi ? Parce qu’il n’y aura pas d’œuf en chocolat qui finira à la poubelle et que les œufs durs pourront être consommés dans les jours qui suivront la chasse (les œufs durs AVEC coquille peuvent se conserver jusqu’à une semaine).

Passons à la pratique.

Pas besoin d’acheter un kit de décoration d’œufs: j’ai tout simplement coloré mes oeufs à l’aide de colorant alimentaire (celui utilisé en pâtisserie).
J’ai acheté le mien sur Amazon car j’en utilise pas mal mais, si vous n’en avez pas, sachez que vous pouvez trouver de petits flacons pour quelques euros à peine au supermarché.

Cette fois je me suis contentée d’une coloration simple car MiniMoi est encore trop petite pour participer mais, l’année prochaine, je compte bien la mettre à contribution et tenter des choses un peu plus fantaisistes 🙂

Matériel nécessaire

  • 12 œufs
  • Une casserole
  • Du colorant alimentaire
  • Du vinaigre blanc
  • De l’eau
  • Des verres
  • Une petite cuillère
  • Une grille (celle du four par exemple)
  • De l’huile végétale

Étape 1
Faites cuire vos œufs à feu doux dans une casserole pendant une vingtaine de minutes (évitez que l’eau ne boue pour ne pas casser les coquilles).

img_6427.jpg

Étape 2
Dans un verre, mélangez 5 gouttes de colorant, 1 cuillère à soupe de vinaigre blanc et complétez jusqu’à mi-hauteur avec de l’eau.
Plongez délicatement l’œuf dans le verre à l’aide de la cuillère.
Il faut que le verre soit suffisamment rempli pour que l’œuf soit complètement immergé mais pas trop rempli pour que le verre ne déborde pas.
Notez que vous pouvez réutiliser le même mélange pour plusieurs œufs.

IMG_6431.JPG

Étape 3
Laissez tremper 5 minutes.
Sortez l’œuf à l’aide d’une cuillère afin de contrôler la teinte.
Réitérez jusqu’à obtenir la teinte souhaitée.

img_6428.jpg

Étape 4
Lorsque l’œuf est bien coloré, sortez-le et mettez-le à sécher sur une grille (ça permettra un séchage uniforme)

img_6432.jpg

Étape 5
Pour un résultat plus brillant, une fois les œufs bien secs, vous pouvez les badigeonner d’une huile végétale.

img_6433.jpg

Et voilà ! Il ne restera plus qu’à cacher les œufs dans le jardin le jour J.
Ça pourra également servir de déco pour la table du repas de Pâques !

Puis, une fois la chasse finie, je pourrai consommer mes œufs durs en toute sécurité puisque les éléments utilisés sont 100% comestibles !
En effet, la coquille étant très poreuse il ne vaut mieux pas consommer un œuf qui a été décoré avec des peintures ou autres décorations non alimentaires.

Et vous, quoi de beau de prévu pour Pâques ?

Advertisements

Jeux Goliath (presque) gratuits

En ce moment, et jusqu’au 21/04, 40€ sont remboursé pour l’achat de 3 jeux Goliath différents!

goliath

Je viens de passer commande pour 3 jeux pour un total de 40,17 euros ce qui me reviendra au final (apres remboursement) a 17 centimes pour 3 jeux!!!

amazon.PNG

Je vous mets ci-dessous la liste des jeux concernés:

Plus de détails sur cette offre ici:
https://je-participe.fr/goliath-crazydays-2019/
Attention a bien lire et respecter les conditions!! Par exemple les jeux doivent être achetés simultanément et doivent être différents!

crazydays2

Un dessin un doudou pour nos Pitchounes

J’écris cet article dans le cadre de l’évènement inter-blogueurs sur le thème “Les femmes qui font l’histoire” organisé par le blog Princesse si je veux.
Le but initial était d’écrire sur une personnalité publique féminine. J’aurais donc pu écrire sur Marie Curie, Simone Veil ou encore Angela Merkel, ces femmes mondialement connues et reconnues pour avoir marqué l’histoire.

Mais, pour moi, il n’y a pas besoin d’être connue de tous pour « faire l’histoire ».

Il y a ces femmes qui travaillent dans l’ombre, ces anonymes qui par leur gentillesse, leur générosité et leur dévouement font de ce monde un monde meilleur.
En ce sens, même si on a trop souvent tendance à les oublier, ces femmes aussi rentrent, selon moi, dans la catégorie de “femmes qui font l’histoire”.

Aujourd’hui j’ai donc décidé de vous faire rencontrer l’une d’entre elle: Ingrid.
Ingrid a 37 ans, elle est mariée et maman de 2 enfants. Elle tient la page Facebook Un dessin un doudou pour nos Pitchounes.
Elle réalise gratuitement des doudous à partir de dessins d’enfants. Il suffit de lui envoyer un dessin et 2 timbres et vous recevez un doudou unique directement sorti de l’imagination de votre loulou.

 

Bonjour Ingrid, comment en avez-vous eu l’idée de créer cette page ?
J’ai commencé à faire des doudous il y a un an et demi. D’abord ça a été pour mes enfants. Puis, pour des cadeaux aux amis de mes enfants. Quand j’ai vu à quel point ça plaisait j’ai décidé de créer ma page « Un dessin un doudou pour nos Pitchounes. » pour les enfants malades et handicapés. Je voulais faire un peu plus, apporter ma pierre à l’édifice et donner un peu de joie, de tendresse et de bonheur à ces enfants qui en ont besoin.
Aujourd’hui j’ai étendu mon activité a tous les enfants. Le sourire sur le visage d’un enfant, ses yeux qui brillent à la découverte de ce doudou si particulier, ça n’a vraiment pas de prix

Concrètement, si quelqu’un est intéressé, comment doit il procéder ?
Et bien c’est très simple, il suffit de me contacter en message privé sur Facebook pour que je vous donne mon adresse. Puis vous avez juste à m’envoyer le dessin de votre enfant et deux timbres et, quelques semaines plus tard, vous recevez le doudou. Ça peut être n’importe quoi : un super héros, un animal… l’enfant peut dessiner ce qui lui plait, ce qu’il aime, bref faites confiance à son imagination !
Et pour ceux qui ne savent pas ou ne peuvent pas dessiner, aucun problème, ma fille de 9 ans se propose de dessiner pour eux, elle adore ça !

Combien ça coute ?
Je ne demande pas d’argent, c’est gratuit, juste deux timbres pour pouvoir renvoyer le doudou accompagné du dessin original pour que l’enfant voit bien qu’il a été réalisé à partir de son dessin.

D’où vient la matière première ?
Les doudous sont gratuits mais j’achète quand même des fournitures donc pour celles et ceux qui veulent ou peuvent faire plus je ne dis pas non 🙂
Vous pouvez me faire parvenir du tissu, des timbres supplémentaires ou même quelques euros. 
Ce que je reçois me sert à couvrir les différents frais notamment la matière première. J’essaye aussi d’économiser pour un projet qui me tient à cœur : me faire un atelier, une pièce de couture consacrée à mes doudous !
Pour les tissus, ce que j’utilise le plus c’est le tissu polaire. C’est parfait pour les doudous : c’est tout doux et ça ne bouge pas au lavage. Toutes les chutes sont les bienvenues : personnellement j’en récupère sur des vieux pulls, des plaids, des pyjamas etc.… donc si vous avez ça en stock, n’hésitez pas ! J’utilise aussi d’autres tissus, de la feutrine… donc pour vos vieux vêtements pensez à moi ; même de vieilles chaussettes peuvent faire l’affaire !

Quand trouvez-vous le temps de faire tout ça ?
Je suis responsable caisse dans une jardinerie, je travaille 39h par semaine du lundi au dimanche avec deux jours de repos dans la semaine. Je profite de ces jours de repos pour avancer. Je couds aussi beaucoup le soir, une fois que mes enfants sont couchés : mon mari travaille de nuit, du coup je me retrouve seule et je peux me consacrer à mes doudous.

Combien de doudous ça vous laisse le temps de faire ?
J ‘essaye de faire au moins 4 doudous par semaine. Je dois en être a plus de 80 au jour d’aujourd’hui !
Rien que cette semaine j’ai reçu plus de 20 dessins, et, en plus, une association pour enfants malades m’a contacté et va m’envoyer 20 dessins supplémentaires. Certes, ça fait beaucoup mais j’adore les défis et, plus que tout, j’aime faire plaisir aux autres.

Un dernier mot ?
Les enfants, à vos crayons ! Faites déborder ma boîte aux lettres 🙂
Et n’hésitez pas à m’envoyer une photo ou une vidéo à la réception, c’est pour moi un vrai bonheur que de voir un joli sourire à côté d ‘un doudou que j’ai réalisé.

44288478_2008814282541381_950367393773780992_n

 

Alors oui, Ingrid ne va pas peut être pas changer la face du monde avec ses doudous. Mais elle reste pour moi une femme exceptionnelle, une femme inspirante qui consacre tout son temps libre aux autres et qui, à sa manière et à son niveau, rend ce monde meilleur.
Ne dit-on pas que ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières ? Si nous étions tous un peu plus altruiste peut être qu’à nous tous (et toutes) nous pourrions marquer l’histoire et changer la face du monde.

En attendant je vous invite à découvrir d’autres histoires inspirantes surwww.princessesijeveux.com.

Des économies grâce aux distributeurs de produits liquides

On est nombreux à utiliser ces fameux pousse-mousses avec du savon à main dans les WC ou la salle de bain.
Très pratiques, ils sont aussi très faciles à utiliser par les enfants.
Mais leur gros avantage est surtout qu’ils permettent de contrôler la consommation de produit. En effet une pression délivre la dose de produit nécessaire pour se laver les mains, ni plus ni moins.

J’ai donc décidé d’étendre l’utilisation de distributeurs au reste de la maison afin d’économiser du produit et donc de l’argent.
Cerise sur le gâteau, cette démarche anti-gaspi est bonne pour la planète !

Prenons l’exemple de la douche.
Ça nous est tous un jour arrivé, en retournant la bouteille de shampoing, de se retrouver avec le quart de la bouteille au creux de la main ! (Allez, avouez-le, vous aussi vous avez déjà vécu ça 🙂 )
Avec 6 personnes à la maison, ce genre d’accidents se multiplient et la consommation mensuelle de gel douche et de shampoing s’en fait ressentir.

J’ai donc décidé de tenter la version distributeur de ces produits et je n’ai pas été déçue : notre consommation a été réduite au moins de moitié.

Alors, certes, la première fois c’est un peu plus cher à l’achat mais ensuite il n’y a qu’à recharger le distributeur (les recharges, avec leur emballage basique, sont d’ailleurs souvent proposées à un prix avantageux).
Et inutile de changer vos habitudes : si votre produit habituel n’existe pas en version distributeur il suffit de recharger un distributeur vide ou tout simplement d’en acheter un en magasin ou sur internet. Il en existe pour tous les budgets et pour tous les gouts : du plus simple au plus design.

poussmouss.jpg

Fort de cette expérience j’ai continué d’étendre le concept au dentifrice et au liniment. La cuisine n’a pas non plus été épargnée avec le produit vaisselle. Le constat reste le même : les économies sont immédiates et conséquentes.
Bref vous avez compris le principe : ça marche avec n’importe quel produit liquide 🙂

Ma prochaine étape est de m’attaquer aux produits de beauté (démaquillant, laits…).

Des économies supplémentaires avec la pompe moussante.

Les distributeurs à pompe moussante, vous connaissez ?
Ils permettent d’économiser encore plus de savon liquide en le transformant en mousse.
Le concept est super simple : vous diluez votre savon (ou shampoing ou autre) habituel avec de l’eau et la pompe injecte de l’air à votre mélange et le transforme en mousse.
Cette technique permet de réduire la consommation de produit de 75% supplémentaire (sans réduire son pouvoir nettoyant bien sûr). Bref de belles économies supplémentaires.

Alors, certes, votre budget mensuel pour ce type de produits n’est pas astronomique mais, même si ce n’est pas grand-chose, si on le multiplie par beaucoup, ça commence à faire non seulement pour le porte-monnaie mais aussi pour la planète 🙂

Un soin 2en1 zéro-gaspi au marc de café

Comme vous devez le savoir j’ai offert à l’Homm une nouvelle cafetière pour son anniversaire. Je dois donc, de temps en temps, vider le réservoir de son marc de café.

IMG_5657

Comme je déteste jeter, je me suis renseignée afin de savoir si je ne pouvais pas lui trouver une meilleure destinée que de finir au fond de la poubelle.
Et bien, je n’ai pas été déçue par ce que j’ai découvert…
Figurez-vous que le marc de café peut être recyclé de nombreuses manières et notamment comme ingrédient pour des soins du visage. Il a, en effet, de nombreuses vertus insoupçonnées dont certaines sont excellentes pour la peau.
Quand on voit les sommes astronomiques que l’on dépense en produits de beauté je me suis donc dit que ça valait le coup de creuser un peu !

Première étape : récupérez le marc

Sur ma machine, j’ai un réservoir dans lequel je récupère directement le marc. Si pour vous ce n’est pas le cas, rassurez-vous, ce n’est pas beaucoup plus compliqué : celles qui ont une cafetière filtre peuvent récupérer le café dans le filtre un fois le café passé, les autres peuvent récupérer le café des dosettes une fois celles-ci utilisées !
Ça marche avec n’importe quel type de café (sauf le deca bien sûr, le pouvoir du café résidant dans la caféine).
Si vous n’utilisez pas le marc tout de suite je vous conseille de la faire sécher avant de le stocker sinon il risque de moisir. Pour cela, il suffit de l’étaler sur du sopalin et de le laisser sécher à l’air libre ou près d’une source de chaleur s’il fait trop froid ou trop humide. Une fois sec vous pouvez le ranger dans une boite ou un bocal et le conserver quelques semaines.

Les vertus du café

Le marc de café est un ingrédient 100 % naturel, économique (l’utiliser ne vous coute rien puisqu’il était destiné à être jeté) et écologique puisqu’il permet de s’inscrire dans une démarche zero-gaspi !
C’est un excellent exfoliant naturel. Avec lui, fini le teint terne ! Utilisé en gommage, il élimine les résidus de maquillage, les impuretés, les peaux mortes, les points noirs et l’excès de sébum et réveille l’éclat de la peau.
Mais ce n’est pas tout, riche en vitamines et antioxydants, le marc de café lutte efficacement contre le vieillissement cutané et active la circulation sanguine.

Composition du masque

Pour faire ce masque vous aurez besoin de marc de café, de miel et de yaourt nature.

IMG_5662

Pourquoi donc du yaourt et du miel ?
Ils permettent d’obtenir une texture plus douce et plus pâteuse qui rend l’application plus agréable.
Mais ce n’est pas tout: le yaourt et le miel sont eux aussi excellents pour traiter la peau.
Les propriétés antibactériennes du yaourt permettent de lutter contre les boutons et les points noirs et, avec ses bienfaits nourrissants, le miel est une très bonne source d’hydratation.

Voici donc la recette de mon soin 2 en 1 (gommage et masque hydratant), qui vous donnera une peau douce et un teint lumineux :

1 cuillère à café de yaourt nature,
1 cuillère a café de miel
2 cuillères à café de marc (vous pouvez adapter le dosage en fonction de la force de gommage souhaitée)

Instructions de préparation :
Mélangez tous les ingrédients jusqu’à obtenir une pâte uniforme,
Placez le masque au réfrigérateur pendant quelques heures (le froid aide à réduire les poches, et active la circulation sanguine atténuant ainsi les cernes)
Appliquez sur peau sèche ou légèrement humide.
Massez votre visage en faisant de petits mouvements circulaires (sans trop appuyer pour éviter les irritations).
Laissez reposer 10 à 20 minutes.
Rincez à l’eau tiède.

N’ayez pas peur de boucher vos canalisations avec cette mixture, bien au contraire, le marc de café les nettoie et les désodorise naturellement.
En attendant de trouver de nouvelles utilisations à ce produit miracle, je ne jette d’ailleurs plus mon excédant de marc dans la poubelle mais dans l’évier !

Pour la fréquence d’utilisation, vous pouvez le réaliser 1 à 3 fois par semaine (en ce moment moi c’est plutôt 3 fois).
Si vous avez un surplus de produit, vous pouvez le conserver quelques jours au frigo.

IMG_5663

Résultats après 2 semaines d’utilisation

Le résultat est bluffant dès la première utilisation : la peau est douce, souple et les pores nettoyés. Moi qui ai la peau assez sensible et qui suis, en général, rouge écarlate après un gommage, ce n’est absolument pas le cas avec le marc de café. Bref je suis ravie de cette découverte !

Pourquoi j’ai choisis cette recette plutôt qu’une autre ?
Il y a une multitude de recettes de masques au marc de café sur la toile vous pouvez donc vous demander pourquoi mon choix s’est porté sur celle-là …

  • J’aime le côté 2 en 1 masque + gommage: ça me fait gagner du temps moi qui en manque cruellement
  • Pour la même raison, j’aime qu’il soit super rapide à préparer: il y a notamment des recettes avec des blancs montés en neige ce qui signifie sortir le batteur, le nettoyer etc… rien que d’y penser ça m’épuise 🙂
  • Toujours pour la même raison, j’aime le fait de pouvoir le conserver quelques jours parce que, même si il est super rapide à faire, c’est encore plus rapide de juste avoir à le sortir du frigo 😉
  • J’aime la composition super simple : du yaourt et du miel, j’en ai toujours à la maison. Argile verte, papaye ou autre ce n’est pas forcément le cas

 

Conclusion, je compte sur vous les filles: arrêtez de vous ruiner en masques et gommage, et essayez le marc de votre café pour avoir bonne mine !

Ça vous a plus et vous cherchez d’autres idées de gommages maison ? Je vous invite donc à faire un tour sur le blog La Lauridienne. Laurie vous y raconte sa première expérience en la matière !

Les Tawashis: ces éponges lavables écologiques et économiques!

Le Tawakoi? Le Tawashi!

Aujourd’hui, je vais vous parler du Tawashi : une alternative zéro déchet aux éponges jetables pour nettoyer et faire la vaisselle.

img_5729.jpg

Originaire du Japon (Tawashi veut dire “lavette” en japonais), il est fabriqué à partir de chutes de tissus et est donc très durable puisqu’il peut être lavé et réutilisé à l’infini (ou presque).

Il permet ainsi :

  • De faire des économies (le budget annuel moyen en éponges jetables étant de 65€)
  • D’être plus écologique et de produire moins de déchets

La bonne nouvelle c’est que vous pouvez fabriquer vous meme vos Tawashis! C’est super facile et rapide à réaliser et, comme c’est fabriqué à partir de tissus de récup, ça ne vous coutera absolument rien. Une fois que vous aurez compris le principe il ne vous faudra pas plus de 5 minutes pour en réaliser un. C’est d’ailleurs une activité de tissage qui plait beaucoup aux enfants et qui permet, en prime, de les familiariser avec les notions de récup et de zéro déchet.

Il existe plusieurs sortes de Tawashis mais aujourd’hui je vais vous parler de la version basique, carrée, fabriquée à partir de vieux vêtements.

Le concept vous plait mais n’avez pas le temps ni l’envie de confectionner vos propres Tawashis? Vous pouvez tout à fait en trouver pour quelques euros à peine sur des sites comme Etsy.

Fabriquer son Tawashi

Pour ceux qui souhaitent se lancer, il va vous falloir un métier à tisser.
Vous n’avez pas de métier à tisser et vous vous dites que ce tuto n’est donc pas pour vous ? Que nenni ! il est en effet très facile de fabriquer un métier à tisser à partir d’une simple planche et de quelques clous en une dizaine de minutes (sachant qu’il pourra vous resservir indéfiniment). Et pour celles et ceux qui ne manient pas le marteau on peut également se contenter d’un Tupperware et de quelques pinces à linge (c’est un peu plus bancale mais ça marche quand même!).

pinces a linge.jpg

Matériel nécessaire

  • Un métier à tisser
  • Du tissu de récup’ en forme de tube (la manche d’un vieux t-shirt, un collant filé, une chaussette orpheline…)
  • Une paire de ciseaux

 

Étape 1
Couper le tissu en « tranches » d’au moins 2cm de large pour en obtenir des bandeaux de tissu. Vous aurez besoin de 12 bandeaux pour tisser votre éponge

img_5725.jpg

Vous pourrez par la suite en utiliser plus ou moins en fonction de la taille de votre support et/ou de la taille que vous voulez donner à votre éponge,
Pour les plus créatifs, il est tout a fait possible de mélanger les tissus pour réaliser des Tawashi en damier, multicolores…

Étape 2
Accrocher 6 bandes à la verticale en utilisant des pics situés face à face pour les faire tenir.

img_5721.jpg

Étape 3
Tisser les bandeaux horizontaux sur les verticaux en les faisant alternativement passer au-dessus et en-dessous des premiers.
Veiller à bien inverser les départs : si vous avez commencé la première ligne de tissage en passant par-dessus, commencez à deuxième par dessous et ainsi de suite

Étape 4
Maintenant que tous les bandeaux sont accrochés, on va pouvoir réaliser le contour du Tawashi.
A chacune des extrémités de chaque bandeau, se une “boucle” attachée a un pic.
Attraper une boucle située dans un angle.
La détacher du pic (sans la lâcher) et faire passer la boucle voisine dans cette première boucle.
Lâcher la 1e boucle et faire de même avec celle que vous avez maintenant en main. Procéder ainsi jusqu’à faire le tour complet et ne garder d’une boucle finale qui restera libre et servira   à suspendre le Tawashi.

Et voila le travail! Je vous avez bien dis que c’était SUPER facile !

Utiliser son Tawashi

Le principal reproche qui est fait au Tawashi est qu’il n’est pas aussi décapant que la partie verte d’une éponge.
Et bien j’ai pour vous 2 petites astuces pour palier a ce problème :

  • La première est de saupoudrer vos plats à décaper de poudre d’œuf (des coquilles d’oeufs lavées, séchées et mixées) et de gratter cette poudre avec le Tawashi. C’est super efficace, ça ne raye pas, c’est naturel et, cerise sur le gâteau, c’est bon pour les canalisations!
  • La deuxième est de simplement glisser le Tawashi dans un filet en nylon (comme ceux qui entourent les pommes de terre ou autres légumes) pour le rendre plus abrasif.

Dernier conseil, veillez à bien entretenir votre Tawashi pour qu’il vous dure le plus longtemps possible:
– Lavez le régulièrement au lave-vaisselle ou en machine avec les torchons.
– Veillez à systématiquement le suspendre pour faciliter le séchage (il sèche moins vite qu’une éponge classique). Vous pouvez aussi profiter d’un four chaud (qui refroidit après cuisson) pour accélérer le séchage.
– Ne jetez pas vos Tawashis vieillissants, utilisez les d’abord pour nettoyer les toilettes ou autre taches un peu « ingrates » (nettoyage du salon de jardin, de la voiture…) et quand vraiment ils deviennent inutilisables, pensez a les mettre dans un container de recyclage pour textiles.

Faire des économies grâce au jardin : potager et troc de graines !

Mangez 5 fruits et légumes par jours qu’ils disaient….

De nombreux français on fait le choix d’avoir un potager pour réaliser des économies au niveau alimentaire.
En effet les fruits et les légumes coutent cher : un couple consomme en moyenne 83 kilos de légumes par an ce qui représente un budget de 220 euros environ.
La bonne nouvelle est qu’il est tout à fait possible de réduire ces dépenses grâce a un potager.

Ce potager vous fera non seulement faire des économies (entre 30 et 50 % pour un potager de 10m2) mais il vous permettra aussi et surtout d’avoir à disposition, une grande partie de l’année, de bons légumes frais, qui auront bien meilleur goût que ceux que l’on trouve au supermarché ! Cerise sur le gâteau, un petit potager constitue une activité pédagogique à partager avec les enfants et peut même avoir la vertu de les réconcilier avec les légumes

Aujourd’hui je vais donc vous parler d’une solution économique pour démarrer ou étoffer son potager : le troc de graines !

img_5709.jpg

Vous vivez en appartement et vous vous dites que cet article ne vous concerne pas ? et bien détrompez-vous: sachez qu’avoir un potager en appartement est tout à fait possible ! Sur un simple rebord de fenêtre ou encore sur votre balcon, vous pouvez cultiver légumes, aromatiques, petits fruitiers et fleurs.
Sur 1m2 de balcon on peut planter par exemple 2 plants de tomates, 1 plant d’aubergine et 3 plants de poivrons pouvant donner une quinzaine de kilos de légumes tout au long de la saison. Sur les balcons exposés nord ou ombragés on peut tout à fait planter des salades, de la rhubarbe et certaines plantes aromatiques.
Vous n’avez donc plus aucune excuse pour ne pas vous lancer !

Revenons à nos moutons (enfin en l’occurrence à nos graines).

Mars approchant à grands pas, il est temps de commencer à réfléchir à votre potager et à répertorier vos besoins en graines afin d’être prêts à semer dès le retour des beaux jours.
Les premières sources auxquelles on pense quand on veut s’approvisionner en graines ce sont les jardineries ou éventuellement les grainetiers sur internet.
Seulement voilà, cela revient vite cher (plusieurs dizaines d’euros les 100 grammes pour certaines) et le packaging n’est souvent pas adapté (que faire de 100 graines d’une même variété de tomates lorsque l’on sait qu’une dizaine suffiront largement?).

C’est pour cette raison que les échanges de graines sont en plein boum!

Le principe est très simple : on propose nos excédents de graines à d’autres jardiniers qui font de même en échange.
Ainsi, on peut créer ou compléter son potager pour quelques euros à peine (le prix des timbres si les échanges se font par la poste).
Sachant que l’achat de graines coutent tous les ans en moyenne entre 30 et 80 euros (selon la taille du potager et l’endroit où l’on se fournit) cela peut représenter une belle économie.

Le principe n’est pas nouveau : depuis toujours les jardiniers échangent leurs graines entre eux lors de diverses manifestations telles que les Bourses aux Graines mais celles-ci sont rares et pas forcement organisées a proximité de chez vous. C’est pourquoi internet est devenu le lieu privilégié de ces échanges. De nombreuses plateformes se sont alors créées (Graines de troc par exemple) mais ce dont je veux vous parler aujourd’hui et que j’ai découvert il y a bientôt 1 an ce sont les groupes d’échange et de troc via Facebook.

Sur ces groupes, les membres proposent de donner, échanger ou même troquer leurs graines.

Il vous suffit de taper “ échange graines ” “troc graines” dans la barre de recherche Facebook pour trouver ces groupes et les rejoindre. L’idéal c’est de trouver, s’il existe, un groupe dédié à votre ville ou à votre département ce qui vous permettra de rencontrer les gens en personnes (c’est toujours plus sympa!) et d’économiser d’éventuels frais de ports pour les échanges.
Dans ces groupes on trouve vraiment de tout : toutes sortes de graines (potagères, fleurs…) et toutes sortes de variétés (des plus communes aux plus étonnantes parfois introuvables en magasin). Ainsi, chacun y trouvera son bonheur :

  • Cela permettra au jardinier expérimenté de compléter sa grainotheque à petit prix, de dénicher des graines rares peu disponibles sur le marché mais aussi d’échanger conseils et idées avec des personnes partageant sa passion et, qui sait, pourquoi pas découvrir de nouvelles variétés.
  • Cela permettra au jardinier débutant (qui a donc pas ou peu de graines à échanger) de créer un premier potager pour 3 fois rien. En effet, beaucoup de jardiniers aguerris sont prêt donner gracieusement quelques graines pour démarrer et prodiguent, en prime, de précieux conseils pour réussir à les faire pousser. Le système du troc est également une option intéressante pour le débutant puisqu’elle permet d’obtenir les graines convoitées en échange de n’importe quel autre bien ou service (confitures maison, savons, travaux de couture…).

Livres électroniques et économies!

A noël dernier j’ai offert à l’Ado une Kindle (liseuse électronique) afin de faire des économies.

Des économies ??? Comment donc une liseuse pourrait-elle me faire économiser de l’argent ??

aliis-sinisalu-70432-unsplash.jpg

Et bien tout simplement car, dans la grande majorité des cas, un livre électronique (ou ebook) est vendu moins cher que sa version papier.

Un calcul s’impose car la différence de prix n’est pas énorme (en moyenne 3,50 euros de moins pour la version numérique) et il est vrai qu’il faut également prendre en compte le prix d’achat de la liseuse:
J’ai pris une Kindle de base je l’ai payée 55 euros (c’était une offre spéciale) donc si on prend le chiffre de 3,50€ économisé par livre, alors cette liseuse deviendra une bonne affaire à partir du 16ème livre. En effet, c’est à partir du 16ème livre acheté qu’elle me fera économiser de l’argent.

Sachant que les français lisent en moyenne 20 livres par an, il faudrait moins d’un an a un lecteur moyen pour rentabiliser l’appareil. Il ferait ensuite 70 euros d’économies par an les années suivantes.

Mais ce n’est pas la raison principale pour laquelle j’ai acheté cette Kindle. En effet l’Ado étant en seconde, il doit lire un certain nombre de classiques pour ses cours de français. Ces classiques étant tombés dans le domaine publique la version numérique est entièrement gratuite. Par conséquent, le « retour sur investissement » pour les lycéens (ou les lecteurs de livres classiques de manière générale) est encore plus rapide.

Cerise sur le gâteau, avec mon abonnement Amazon prime, on a le droit « d’emprunter » gratuitement un ebook par mois ce qui représente des économies supplémentaires !

Il faut savoir qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une liseuse pour avoir accès aux ebooks (gratuits ou non) : on peut tout aussi bien les télécharger (et les lire) sur une tablette. Cependant la lecture est beaucoup moins confortable sur tablette et doit, à mon avis, être réservée a des utilisations occasionnelles.

A noter que, outre l’aspect économique, l’un des principaux avantages des liseuses est leur caractère nomade : elles permettent d’emporter plusieurs livres en voyage par exemple sans se charger inutilement.

De grosses économies grâce au café en grain

Comme 70 % des foyers nous avons une machine a café a dosettes (une Nespresso en l’occurrence). Mon homme, qui est complètement accro au café, me rabâche depuis quelques temps que les cafés dans les bars sont bien meilleurs que les nôtres car réalisés à partir de café en grain.
Son anniversaire approchant, je lui ai donc acheté une machine a café automatique avec broyeur pour café en grain. Ce type de machine est plutôt chère : 296 euros pour celle que j’ai achetée. Une vraie folie me direz-vous !

Mais en y réfléchissant bien, est-ce vraiment une folie ? En effet le café en grain étant bien moins cher que le café en capsule (pas de surcoût de suremballage), on pourrait se demander au bout de combien de temps je pourrai rentabiliser mon investissement.

img_5344.jpg

Faisons le calcul:

En France la consommation de café par habitant est d’environ 2 tasses par jour (ce qui en fait la deuxième boisson la plus consommée après l’eau !).
Partons donc du principe qu’un couple consomme en moyenne 4 cafés par jour (ce qui fait 120 cafés par mois et 1460 cafés par an).
Une dosette compatible Nespresso coute environ 28 centimes. Le café en grain (vendu au kilo) revient à environ 11 centimes par tasse (compter environ 7g de café par tasse).
Sur une année un couple dépense donc en moyenne 409 euros pour du café en dosette contre seulement 161 euros pour du café en grain ce qui fait tout de même une différence de presque 250 euros par an !
Sachant que l’on peut trouver des machines a dosettes à partir de 50 euros (grâce aux promotions ou offres de remboursement), il me suffit en fait d’une seule année pour rentabiliser cette machine a première vue hors de prix !!
La durée de vie de ces machines étant de plusieurs années, je ferais même de belles économies (250 euros par ans) les années suivantes ; tout ça sans compter l’impact écologique (pas de problème de recyclage des capsules ou d’inquiétude sur leur nocivité) !

Alors qui est prêt à se laisser tenter par une machine automatique avec broyeur ?

Les cotons démaquillants lavables !

Saviez-vous qu’une femme utilise en moyenne 2160 cotons à démaquiller jetables par an en France ? Un chiffre qui mérite de réfléchir un peu pour faire des économies mais également diminuer son impact sur l’environnement !

Certes, un paquet de cotons basique, ce n’est pas ce qui coûte le plus cher mais sachant que les cotons lavables peuvent durer très longtemps (plusieurs années) s’ils sont bien entretenus (autrement dit : lavés régulièrement et bien séchés) cela peut tout de même représenter une petite économie.

Petit calcul rapide :
Un paquet de 70 cotons à démaquiller jetables, cela coûte entre 60 centimes et 2€ selon les marques, la forme et les formules proposées. Un coton premier prix revient donc à 0,01 centimes ce qui représente un minimum de 22 euros par an.

Coté cotons lavables, on peut en trouver à partir de 5 euros les 12. Personnellement, pour tester j’ai acheté 2 lots : un lot de 12 cotons à prix mini pour me nettoyer le visage au quotidien à l’eau micellaire et un second lot (de 16) un peu plus cher que j’utilise ponctuellement quand je suis beaucoup plus maquillée. Je les passe ensuite en machine puis au sèche-linge avec le reste du linge sans me prendre la tête.

Pour celles qui sont un peu manuelles il y a plein de tutos sur le net (très facile et accessible aux débutantes en couture) pour se fabriquer ses cotons lavables à partir de chutes de tissus donc pour 0 euros!

img_5582-e1550676688591.jpg

Ces cotons je les utilise depuis plusieurs mois déjà et j’en suis très satisfaite (attention il faut savoir que je ne maquille que très peu au quotidien, je ne suis pas sûre que le premier lot conviendrait à quelqu’un qui se maquille beaucoup).

J’ai donc 26 cotons ce qui est beaucoup trop pour moi, je pense qu’une quinzaine c’est largement suffisant pour un roulement quotidien en en utilisant 2 par jour (l’idée est de prévoir de quoi tenir une semaine). Après ça dépend aussi de la fréquence à laquelle on fait des machines.

En revanche, je garde sous le coude mon paquet de cotons jetables pour un usage ponctuel à base de produits tachants (dissolvant, éosine…). Je n’ai pas encore testé mais je ne suis pas sure de pouvoir bien les nettoyer après.

J’utilise aussi énormément de cotons pour mes filles (3 bébés qui mettent encore des couches donc qu’il faut changer jusqu’a 8 fois par jours pour les plus petites) mais je n’ai pas encore franchi le pas des cotons lavables pour le liniment. Là l’économie serait plus qu’intéressante (plus de 25 cotons par jour: je vous laisse faire le calcul !)